L'ORIGINE DU STYLE
 
LE SAOLIM

 

Shaolin est un nom donné par certains aux arts de combat chinois " externes ". Il est  prononcé Sao Lim en Hakka, ou encore dialecte Hokien (de la province du Fujian), ou encore Siulam suivant d’autres dialectes.

Le nom Saolim est aussi attaché au célèbre monastère bouddhiste de la province du Henan, et signifie alors "monastère de la jeune forêt ». Il s’agit du monastère où séjourna Da mo, ou Boddhidharma. C’est de là, certainement que remonte l’origine du Kungfu Saolim que nous pratiquons notamment à l’académie des deux Dragons : c’est parce que nous reconnaissons dans les pratiques de notre style les références aux enseignements très anciens (les lohans de Boddhidharma), que nous pouvons estimer qu’il s’agit du Kungfu « originel ». Le kungfu Saolim est en fait le style Hood Khar Paï, appelé aussi Sao Lim Hood Khar Paï par certains. Le nom " Hood Khar Paï " signifie " branche bouddhiste ".

 

 

L'ORIGINE DU STYLE
 
 
SEK KHO SAM

 

L'histoire du Saolim Hood Khar Paï est certes trés ancien, mais il ne fût pratiqué hors des monastères qu'à partir des années 1940.

A cette date un moine du nom de Sek Kho Sam, ou Sik Koe Chum va pour la première fois dans la lignée des moines pratiquant le Hood Khar Pai enseigner son art à des élèves laïcs.

 

Né en 1886, Sek Kho Sam rentre novice dès l'âge de 13 ans dans un temple bouddiste où il étudie aussi la médecine et la pratique martiale. Devenu moine, il étudia ensuite de nombeux stylesnotamment à l'occasion de voyages dans de nombreuses provinces de chine entre 19 et 25 ans. Il eut la chance de rencontrer  le Vénérable Maitre HUIJING  sur l’ile de Putuoshan , dans la province de Zhejiang, dont il devintle disciple du vénérable. Le Venerable Maitre Huijing serait la 47eme generation de la 2nde Chambre après Da Mo fondateur du Chan. Il était maitre en médecine, Bouddhisne et arts martiaux.

Puis, à partir de 1926, à l’age de 40 ans, ses voyages lui fuir parcourir l’Asie du Sud-Est : Thailande, Malaisie, Singapoure, et Indonésie. Sa vie est tournée vers l'enseignement du Bouddhisme, il soigne et aide les personnes dans le besoin.

Ce n’est que tard qu’il se décide à demander à pouvoir enseigner l’art du Kungfu aux laïcs. En 1942, A l’age de 56 ans, il demanda à son propre maître Huijing Dashi l’autorisation d’enseigner. Mais ce dernier étant décédé, Sek Kho Sam, il prend la décision d'enseigner les secret des Arts martiaux Saolim, ainsi que d'autres styles qu'il maitrise parfaitement.

.Il transmettra son savoir à, dit-on 18 grands disciples,  au nombre desquels Maître P'ng Chye Khym qui deviendra son successeur sur l'île de Penang en Malaisie

 
 
 PONG CHYE KIM

 

 

Maitre Pong Chye Kim est né en 1939 sur l'ile de Penang , adolescent passionné d'arts de combat il rencontre le révérend Sek Kho Sam en 1956 . C’est sous sa direction qu’il étudie alors la boxe Hood Khar Pai  et la médecine traditionnelle chinoise dans le temple de Siang Kheng Si .

 

Suite à la mort de Sek Kho Sam en 1960 , Maitre Pong  devient alors le successeur de la Saolim Athletic association of Penang  , dont il est toujours l’instructeur en chef depuis plus de 40 ans . Sa pratique martiale ne s’arrête pas la et il intègre en plus du Saolim deux arts internes que sont  le hsing Yi et le Tai Chi Chuan .

Formateur de nombreux instructeurs , il est particulièrement réputé et respecté dans le monde des arts martiaux  pour ses casses de granit , son travail sur la chemise de fer et ses techniques de paumes. En 1979 le maitre coécrit le livre « An Introduction to Lohan fighting Techniques » avec Donn F. Kraeger .

En plus de sa maitrise des arts martiaux traditionnels chinois Pong Chye Kim exerce dans son cabinet de médecine traditionnelle chinoise , sa renommée en la matière fait que nombreux patients s’y présentent chaque jour .

Plusieurs titres honorifiques lui ont été décernés par les autorités de l’état de Penang pour son action et son accomplissement .

Malgré sa réputation et sa renommée Maitre Pong reste un homme discret et humble . Son ouverture a permit au Saolim Hood Khar Pai de se diffuser dans de nombreux pays .   

 

 

 
LES VALEURS DU KUNGFU

 

Les élèves qui entrent au sein de l’énergie du Dragon, le font pour étudier l’art traditionnel du Kungfu Hood Khar Paï - Saolim.Toute personne qui désire rentrer dans une école d’arts martiaux traditionnels, s’engage à respecter les WuDe, ou Vertus Martiales. Ce système, établi depuis des siècles par les Maîtres, est indispensable à l’Etude des arts martiaux Chinois. En retour l'étude du Kungfu permet d'apprendre et de cultiver ces valeurs.

Le succès d’un élève n’est pas déterminé par son apparence extérieure, ou par sa force, mais par sa façon de penser et sa moralité.

Les Wu De sont au nombre de 10 et sont souvent présentés sous 2 groupes de vertu:

  • La vertu des actes : humilité, respect, droiture, confiance et loyauté

  • La vertu de l’esprit : volonté, endurance, persévérance, patience et courage

 

Energie du Dragon "LongZhi yun" - Ecole de Kung fu - Art martiaux et énergétique traditionnel Chinois 

© 2015 par Energie du dragon - Produit par Alain GRAZIUTTI